“Paris, village roumain ? De Brâncusi à Ionesco et Cioran” (Valerie Rusu)

Cahiers d’étude romanes, 6/2001

L’auteur se propose de mettre en lumière la « double » présence de Paris dans l’âme et dans la spiritualité roumaines. On a transféré Paris sur la terre roumaine, Bucarest étant, jusqu’à la deuxième guerre mondiale, « le petit Paris », non seulement pour les Roumains, mais aussi pour toute la Péninsule Balkanique. Et on a associé à la ville de Paris – notamment les Roumains qui viennent y vivre, étudier, créer etc. – l’image d’un village roumain (habituellement, celle du village natal, mais aussi du village en général, village symbole, en tant que matrice stylistique de toute la culture roumaine, populaire et savante). Cioran, Brâncusi, Eugène Ionesco en témoignent d’une manière significative.

Mots-clés :

Cioran (Emile), Brâncusi (Constantin), Ionesco (Eugène), village,sculpture, poésie, théâtre

Parole chiave :

Cioran (Emil), Brâncuşi (Constantin), Ionescu (Eugen), sat,sculptură, poezie, teatru

Index géographique :

Paris, Roumanie

Index chronologique :

XXe

Je ne sais pas si Jean d’Ormesson avait raison d’affirmer « nous devons beaucoup aux Roumains […] »1, en mentionnant une série illustre de Roumains – écrivains, poètes, philosophes, artistes… comme Mircea Eliade, Eugène Ionesco, Émile Cioran, Constantin Brâncusi etc. Mais, il pouvait compléter aussi bien ce panorama avec des hommes de sciences, par exemple. Ce sont des hommes qui ont contribué, avec leurs visions, leurs expériences et leurs innovations, à l’essor exceptionnel de la culture française, de l’art et de la littérature, dans le dernier demi-siècle de ce deuxième millénaire… Y compris au nouvel éclat de cette cathédrale unique au monde, créée par l’esprit français : la langue française… [+]
Anúncios