“Le luxe de la lucidité” (Ciprian Vălcan)

ALKEMIE – Revue semestrielle de littérature et de philosophie, no. 6, décembre 2010, pp 11-26.

Abstract: The study looks into the differences between Cioran’s Romanian and French works, with an emphasis on the distinction between the frantic vitalism of youth, dominated by the influences of German philosophy, and the exhausted skepticism of the mature thinker, detached from all illusions and hopes.
Key words: Cioran, Nietzsche, Schopenhauer, Spengler, Simmel.

Les différences qui existent entre l’œuvre roumaine et l’œuvre française de Cioran n’ont pas souvent été prises en compte par ceux qui les ont analysées, qui se sont avérés trop attachés à l’idée d’unité de la pensée de Cioran, considérant que ses obsessions et ses intérêts restent les mêmes du début jusqu’à la fin de son activité créatrice. Ces différences n’ont pu être constatées qu’au niveau stylistique, où l’écriture, souvent négligée, présentant des inflexions lyriques exagérées dans les textes de jeunesse, est remplacée par la sobriété et l’élégance de l’expression d’un des maître du verbe de la prose française du XXe siècle. Pour arriver à cerner cette image inexacte, les confessions de Cioran ont probablement eu une importante contribution. Dans ces écrits, il insiste toujours sur le noyau organique de son inspiration, en défavorisant les modifications et les déplacements de perspective qui auraient pu être constatés tout le long de son œuvre et en s’acharnant à affirmer que toute sa vision du monde a été pratiquement acquise à vingt ans, sans s’être beaucoup altérée ensuite… [PDF]