“Comment vivre au temps de la mort de Dieu ? Cioran et le défi de l’existence sceptique” (Catherine Sylvestre)

Mémoire présenté comme exigence partielle de la maîtrise en Science Politique, Université du Québec à Montréal, 2017.

RÉSUMÉ

En postulant la mort de Dieu, Nietzsche abandonne l’humanité devant la question suivante: comment vivre sans absolu ? L’œuvre d’Emil Cioran s’articule autour de cette interrogation et tente d’y répondre. Elle s’insère dans un continuum de pensée qui interroge l’existence à l’époque moderne. La confrontation de la pensée de Cioran avec celle de Nietzsche et de Schopenhauer permet de faire ressortir quatre constantes qui marquent ce courant de pensée : le souci de probité, la connaissance comme chute, le gnosticisme/pessimisme et le scepticisme. À travers la distance ou la proximité de ces penseurs avec ces constantes, la spécificité de chacune de leur pensée apparaît. Cioran s’éloigne de ses maîtres en refusant d’adhérer à leur métaphysique immanente respective. Profondément sceptique, il essaie de vivre, malgré son mécontentement constant envers l’existence. En tentant de relever le défi auquel les modernes font face, Cioran commence par. un retour en arrière. Nostalgique du temps où il était possible de se laisser guider par l’absolu dominant de l’époque, il tente d’adhérer à un tel absolu. Or, il constate rapidement que cette option n’est plus possible à son époque sceptique. Il comprend alors que les modernes doivent composer avec leur doute pour arriver à vivre. Il tente l’ironie et le mensonge, mais voit rapidement leur insuffisance dans leur incapacité à tromper la conscience. Il envisage ensuite différentes consolations guidées par un impératif de mesure : les êtres humains sont sortis des frontières de leur espèce et en paient le prix par leur souffrance permanente. Pour arriver à vivre, ils doivent régresser vers leurs origines inconscientes, jusqu’à renoncer à tout ce qui les définit en tant qu’être humain. Désespéré, Cioran ne croit pas que les modernes sauront se sauver par un tel renoncement. Il se réfugie dans le silence et apprend la sérénité de celui qui n’a ttend plus rien de ce monde.

MOTS-CLÉS : Cioran, Nietzsche, Schopenhauer, existence, absolu, scepticisme, modernité.

[PDF]