“Sceptique de naissance” (Michel Jarrety)

FranceCulture, Les chemins de la philosophie, par Adèle Van Reeth, 20/12/2016

Le scepticisme de Cioran n’est pas méthodique, analytique ou calculé. Il est organique et existentiel, loin de toute philosophie. Comment comprendre dès lors ce qu’il caractérise comme son “vitalisme intérieur” ? Comment le concilier avec la distance qui sépare le penseur du monde ? Et que faire des affirmations jamais démonstratives qui parcourt l’oeuvre de Cioran ?

Le texte du jour

Pour autant que nous suivons le mouvement spontané de l’esprit et que, par la réflexion, nous nous plaçons à même la vie, nous ne pouvons penser que nous pensons ; dès que nous y songeons, nos idées se combattent et se neutralisent les unes les autres à l’intérieur d’une conscience vide. Cet état de stérilité où nous n’avançons ni ne reculons, ce piétinement exceptionnel est bien celui où nous conduit le doute et qui, à maints égards, s’apparente à la « sécheresse » des mystiques. Nous avions cru toucher au définitif et nous installer dans l’ineffable ; nous sommes précipités dans l’incertain et dévorés par l’insipide. Tout se ravale et s’effrite dans une torsion de l’intellect sur lui-même, dans une stupeur rageuse. Le doute s’abat sur nous comme une calamité ; loin de le choisir, nous y tombons. Et nous avons beau essayer de nous en arracher ou de l’escamoter, lui ne nous perd pas de vue, car il n’est même pas vrai qu’il s’abatte sur nous, il était en nous et nous y étions prédestinés. Personne ne choisit le manque de choix, ni ne s’évertue à opter pour l’absence d’option, vu que rien de ce qui nous touche en profondeur n’est voulu. Libre à nous de nous inventer des tourments ; comme tels, ce ne sont que pose et attitude ; ceux-là seuls comptent qui surgissent de nous malgré nous. Ne vaut que l’inévitable, ce qui relève de nos infirmités et de nos épreuves, de nos impossibilités en somme.

Emil Cioran, La Chute dans le temps, 1964, in Œuvres, (Quarto Gallimard, 1995), p. 1098

Extraits

– Archive « Conscience du néant » (source : Entretien inédit avec Emil CIORAN enregistré en 1989

РArchive Bergson (source : Des id̩es et des hommes, 1950, pr̩sent̩ par Jean Amrouche)

– Archive « Sceptique violent » (source : Des idées et des hommes, 1950, présenté par Jean Amrouche)

Lectures

– Emil Cioran, Précis de décomposition, , 1949, in Œuvres, (Quarto Gallimard), 1995, p. 582-583

– Emil Cioran, La Chute dans le temps, 1964, in Œuvres, (Quarto Gallimard), 1995, p. 1098

Références musicales

– Piazzola, Le Grand Tango

– Les Sales Majestés, Je suis fier