“La pensée en exil : Emil Cioran, François Fejtö, Sándor Márai, Czeslaw Milosz” (Adam Balazs)

Thèse de doctorat de Philosophie politique de l’Université Sorbonne Paris Cité. Préparée à l’Université Paris Diderot. École doctorale ECONOMIES, ESPACES, SOCIÉTÉS, CIVILISATIONS : PENSÉE POLITIQUE, CRITIQUE ET PRATIQUES SOCIALES – 382. Laboratoire du Changement Social et Politique. Dirigée par Anne Kupiec. Présentée et soutenue publiquement à Paris 7, le 17 novembre 2017.

Résumé : L’exil, au XXe siècle, devient une véritable condition humaine. Il ne s’agit plus d’une peine réservée à certaines personnalités comme par le passé. Pourtant, l’état de l’art sur le sujet a tendance à omettre cette nouveauté et à confondre exil et émigration, cette dernière étant non pas condition, mais trajet, parcours, cheminement que l’on peut suivre sur une carte. La géographie demeure ainsi la métaphore d’une condition dont l’essence échappe en conséquence à l’analyse. C’est à travers les expériences respectives de quatre hommes de lettres d’Europe de l’Est que nous cherchons à contribuer à la recherche contemporaine sur l’exil. Exil et émigration vont souvent de pair. Les deux concepts étant distincts, ils forment un couple conceptuel. Il s’agit, à l’aide de ce couple conceptuel exil-émigration, de travailler les articulations entre géographie et condition et de dégager la pertinence contemporaine des expériences du XXe siècle : en quoi les expériences spécifiques à l’Europe de l’Est, dont la nostalgie de l’Europe centrale qui caractérise nos quatre hommes de lettres, permettent-elles de mieux comprendre nos questionnements actuels les plus urgents ?
Mots clefs : Cioran, Fejtö, Márai, Milosz, exil, émigration, condition, Europe de l’Est, Europe centrale, nostalgie

Title : The Exiled Mind : Emil Cioran, François Fejtö, Sándor Márai, Czeslaw Milosz

Abstract : Exile, in the twentieth century, becomes a genuine human condition. It is not a punishment reserved to well-known individuals. Nonetheless, bibliography tends to omit this novelty and confounds exile with emigration. Emigration is not a condition, but a route, a journey, a movement one can follow on the map. Thus geography remains the main metaphor of a condition, and the very essence of exile continues to be evasive within research on the topic. It is by thinking through the respective experiences of four East European intellectuals that I propose to contribute to current research. Exile and emigration often go together. The two concepts being distinct, they form a couple of concepts. My aim is to use this couple, exile-emigration, to analyse connections between geography and condition and to shed light on the contemporary relevance of past experiences: these experiences, peculiar to Eastern Europe, nostalgic about Central Europe – nostalgy that the four intellectuals actually share – allow us to specify in a more accurate way our more than contemporary questionings.
Keywords : Cioran, Fejtö, Márai, Milosz, exile, emigration, condition, Eastern Europe, Central Europe, nostalgy

[PDF]