Audiovisual: Entrevista com Christian Bussy, 1973 (legendado em italiano)

AnĂșncios

Reseña: “Apologie de la barbarie”, de Cioran (Paolo Vanini)

EMIL CIORAN, Apologie de la barbarie. Berlin-Bucarest (1932-1941), prĂ©face par Gina Puică et Vincent Piednoir, Paris: Éditons de L’Herne, 2015. ISBN: 978-285-197-462-4.

DespuĂ©s de haber sido transfigurado sobre la cima de un monte solitario – leemos en los evangelios-, JesĂșs descendiĂł a la ciudad junto a todos sus discĂ­pulos y curĂł a un niño poseĂ­do por el demonio (Mateo, 12; Marcos, 9). La salud del pequeño no tenĂ­a nada que ver con la metamorfosis del Señor, pero Rafael, en el momento de representar la TransfiguraciĂłn de Cristo, escogiĂł para pintar los dos episodios en una misma representaciĂłn, como si se tratase de la crĂłnica de un solo dĂ­a. En la parte superior del retablo, JesĂșs se eleva a la claridad divina del cielo; en la mitad inferior, y bajo la mirada de unos apĂłstoles asustados e impotentes, el joven epilĂ©ptico se desespera a la sombra de un montĂ­culo de tierra negra y opaca. La yuxtaposiciĂłn de las dos escenas -la tensiĂłn, la opacidad y la confusiĂłn del abajo frente a la luz, la simetrĂ­a y la pureza del arribarevela una contigĂŒidad ambigua entre la ascensiĂłn del Hijo y el dolor del niño, como si la transfiguraciĂłn fuese una especie de curaciĂłn divina y la curaciĂłn una especie de transfiguraciĂłn humana. El punto de encuentro entre ambos acontecimientos se encuentra en la superficie negra del peñasco, un horizonte de oscura incertidumbre indicado por la mano de un testigo vestido de rojo: es ahĂ­ donde se debe dirigir la mirada, si uno quiere volverse hacia su otro…

Esta “lĂ­nea negra” es el signo de un cambio, de un giro radical, de una crisis decisiva y se puede suponer que JesĂșs no fue el Ășnico en atravesarla. Renovados o deformados, todos aquellos que debieron afrontar su propio pasado la han superado. Desgraciadamente, no todo el mundo ha sido acogido por Dios en su juventud. Es el carĂĄcter ridĂ­culo de las transfiguraciones humanas, ya que seguimos siendo siempre hijos de nuestra madre, aunque encontremos a un nuevo padre en el cielo.

El filĂłsofo rumano, Emil Cioran (1911-1995) era hijo de un pope, pero no buscĂł jamĂĄs un tutor: Ă©l querĂ­a, de forma mĂĄs drĂĄstica, cambiar sus ancestros para revolucionar su propio paĂ­s. Es bien conocido el sueño del joven Cioran de querer transfigurar RumanĂ­a y los delirios filosĂłficos de su compromiso polĂ­tico. Se conoce igualmente bien al lĂșcido escritor que se volverĂĄ en lengua francesa, el idioma de su propio desencanto. Lo difĂ­cil a dilucidar es la distancia que separa la esperanza de ser una celebridad en cuestiones de remordimiento, al no haber tenido una biografĂ­a anĂłnima, la distancia entre la voluntad histĂłrica de modificar el porvenir y, finalmente, el deseo mĂ­stico de caer en el tiempo. Y podemos preguntarnos: Âżpor quĂ© Cioran se dedicĂł a la renuncia, despuĂ©s de haber pretendido la megalomanĂ­a legislativa de un demiurgo? Esta distancia que resume su vida, ÂżserĂĄ pues el signo de una transfiguraciĂłn o de una descomposiciĂłn? ÂżO mĂĄs bien el sĂ­mbolo de un fracaso o de un renacer? [+]

Audiovisual: Cioran by Jean-Paul Enthoven

Emil Michel Cioran was born in 1911 in Austria-Hungary (currently Romania) and died in Paris in 1995. When he was a very young, tormented, teenage insomniac, he became interested in the respective philosophies of Nietzsche, Kierkegaard, Dostoïevski and Schopenhauer. In 1932, he obtained a degree in philosophy from the University of Bucharest; he wrote his thesis on Henri Bergson. In 1934 he published his first real essay, which carried the provocative title On the Heights of Despair. Cioran settled in Paris in 1939. An established writer in his country, his fame took off in France in 1949, with the release of his first book written in French, A Short History of Decay.

A fan of aphorisms and provocation, an ascetic and a humourist, a cheerful man writing dark books, Cioran wanted to destroy all ideologies and all philosophical ways of thinking. He refused any tributes or prizes that came his way. He lived in poor conditions in the Latin Quarter, surrounded by friends such as Ionesco, Mircea Eliade, Samuel Beckett, and Gabriel Matzneff, and he refused interviews, or sent friends in his place to present his works – as was the case here with publisher Jean-Paul Enthoven. He continued to write, in French, books marked by pessimism and a heavy dose of scepticism: The Trouble With Being Born (1973), Anathemas and Admirations (1987).

Summary : Publisher Jean-Paul Enthoven paints the portrait of Romanian philosopher Cioran.

Media type : Vidéo

Broadcast date : 13 février 1987

Source : France 2 (Collection: Apostrophes )

Personnalité(s) : Emil Michel Cioran / Jean-Paul Enthoven / Denis Diderot / Stéphane Mallarmé / Bernard Pivot / Philippe Sollers / Chamfort / Gabriel Matzneff / Soren Kierkegaard / Arthur Schopenhauer

Themes : Literature > Novels

Places :

https://fresques.ina.fr/europe-des-cultures-en/export/player/Europe00137/620×465

VIIIe Colloque International Emil Cioran (compte rendu)

VIIIe Colloque International Emil Cioran organisĂ© par l’universitĂ© Technologique de Pereira (Colombie) du 15 au 22 octobre 2015. In: DEMARS, A.; STĂNIƞOR, M.-G (orgs.). Cioran, Archives Paradoxales – Nouvelles Approches Critiques (tome III). Paris: Classiques Garnier, 2017.

Du 15 au 22 octobre 2015, a eu lieu Ă  Pereira, en Colombie, la huitiĂšme Ă©dition du Colloque International Emil Cioran, organisĂ© par le dĂ©partement de philosophie de l’universitĂ© Technologique de Pereira (UTP). L’organisatrice de ce colloque, Liliana Herrera, a soulignĂ© le fait que cet Ă©vĂ©nement se dĂ©finit comme une rencontre, tout en Ă©tant un pro- jet culturel de portĂ©e rĂ©gionale, et se caractĂ©risant par une dynamique itinĂ©rante. Pour cette raison, il ne concerne pas seulement l’Ɠuvre et la vie d’Emil Cioran, mais il est Ă©galement ouvert au dialogue sur la littĂ©rature, la sociologie, les arts et d’autres disciplines, et vise un large public, non seulement acadĂ©mique, mais intĂ©ressĂ© par les thĂ©matiques liĂ©es Ă  ces disciplines.

Parmi les participants de cette annĂ©e : Răzvan Enache (universitĂ© « Lucian Blaga » de Sibiu, Roumanie), qui a prĂ©sentĂ© des confĂ©rences sur Cioran, « Une anthologie de l’autoportrait», JosĂ© Saramago, « L’Évangile selon JĂ©sus », ou des communications, Ă  l’invitation de la FacultĂ© de Sciences de l’Environnement de l’UTP, sur Niklas Luhmann et Gregory Bateson ; Luiz ClĂĄudio Gonçalves (professeur de philosophie Ă  l’Universidade Estatal do Sudoeste da Bahia, BrĂ©sil), Rodrigo Menezes (doctorant en philosophie Ă  la PontifĂ­cia CatĂłlica Universidade de SĂŁo Paulo, BrĂ©sil) et Rodrigo Adriano Machado (Ă©tudiant en master en philosophie de la mĂȘme universitĂ© brĂ©silienne) ; l’historien canadien Roch Little (Ă©tabli Ă  BogotĂĄ, oĂč il vit et enseigne), qui a parlĂ© de l’exil chez Cioran en tant que stimulant de la pensĂ©e. De fait, l’exil a Ă©tĂ© l’axe thĂ©matique de plusieurs confĂ©rences. Par exemple, Rodrigo Menezes a parlĂ© des rapports entre l’existence, la mĂ©taphysique et l’idĂ©e de destin Ă  partir de la rĂ©flexion cioranienne sur l’exil, et AndrĂ©s Duque, biologiste et professeur Ă  l’UTP, a analysĂ© les notions d’exil intĂ©rieur et d’ambivalence existentielle chez l’écrivain cubain, suicidĂ© en 1990, Reinaldo Arenas. Outre une rĂ©flexion sur la notion de luciditĂ© chez Cioran, Luiz ClĂĄudio Gonçalves a prĂ©sentĂ© au public colombien l’Ɠuvre du poĂšte brĂ©silien Augusto dos Anjos (1884-1914), symboliste et parnassien, influencĂ© par le pessimisme de Schopenhauer. Rodrigo Menezes a Ă©tĂ© invitĂ© par la « Casa de Cultura de Sevilla », petite ville dans les montagnes, prĂšs de Pereira, pour proposer aux « sevillanos » une rĂ©flexion sur les rapports entre la philosophie et la littĂ©rature (la mĂȘme confĂ©rence a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e Ă  l’universitĂ© du QuindĂ­o, dans la ville d’Armenia). Le troisiĂšme parti- cipant brĂ©silien, Rodrigo Adriano Machado, a parlĂ© de quelques aspects du travail cioranien de l’écriture : « De l’écriture : sang, sincĂ©ritĂ© et flammes chez Cioran ».

Parmi les participants colombiens, Alexander Aldana Piñeros et Edgar Javier GarzĂłn P., tous deux de l’universitĂ© Catholique de Colombie Ă  BogotĂĄ, ont abordĂ© le sujet du sentiment de la mort en tant que limite existentielle chez Cioran ; Alfredo A. Abad, professeur de philosophie Ă  l’UTP et l’un des participants pionniers du Colloque de Pereira, a tenu une confĂ©rence sur la figure du paradoxe chez l’auteur roumain d’expression française ; Cristian CĂĄrdenas, professeur de l’universitĂ© CoopĂ©rative de Colombie, a proposĂ© un dialogue entre Cioran et Montaigne : « Cioran sur le chemin de Montaigne : l’essai comme forme d’admiration »; Liliana Herrera, organisatrice du colloque et enseignante de philo- sophie Ă  l’UTP, a fait une trĂšs intĂ©ressante rĂ©flexion sur ce que serait « l’idĂ©e de la femme chez Cioran ». Il y a eu aussi une rencontre-dĂ©bat sur l’importance de l’apprentissage des langues Ă©trangĂšres, organisĂ©e par Patrick Petit, professeur Ă  l’UTP.

Comme Ă  son habitude, le Colloque International Emil Cioran de Pereira s’est Ă©tendu au-delĂ  de l’espace acadĂ©mique, sur d’autres terri- toires de production du savoir : cercles culturels, cafĂ©s, conservatoires musicaux, etc. Les invitĂ©s ont ainsi pu partager leurs recherches Ă  un public nombreux et divers.

Rodrigo MENEZES

“Mystique et sagesse” chez Cioran (Sylvie Jaudeau)

UNE THÉOLOGIE NEGATIVE

“Celui qui ne pense pas li Dieu demeure Ă©tranger Ă  lui-mĂȘme.” (Des larmes et des saints, p. 93)

“Peut-on parler honnĂȘtement d’autre chose que de Dieu ou soi ?” (Syllogismes de l’amertume)

Se vivre dans l’exil entraĂźne inevitablement un questionnement sur une dimension interdite : Dieu ou le divin. MalgrĂ© des apparences qui la dĂ©mentent, elle est au coeur de la pensĂ©e de Cioran. “Tous les nihilistes, reconnaĂźt-il, ont eu maille Ă  partir avec Dieu. Une preuve de plus de son voisinage avec le rien” (LS 75).

Avec lui, certes, les Ă©ternels debats philosophiques cessent de prevaloir, Il ne sert il rien d’ elaborer des preuves ontologiques, de disserter sur les causes quand les effets seuls suffisent. Dieu nous habite jusque dans la farouche ardeur que nous deployons pour le contester. Que son inexistence prĂ©occupe suffit Ă  lui rendre ses lettres de noblesse. Un debat sur l’ athĂ©isme de Cioran ne serait pas de mise et fausserait les enjeux. Ce qui importe n’est pas l’existence de Dieu mais le seul fait qu’il nous hante et qu’il nous presente un miroir ou se fixent nos manques. Dieu en tant que nostalgie de l’absolu avive la conscience et le malaise d’ĂȘtre. Les imprĂ©cations qui lui sont adressĂ©es ne sont que des priĂšres nĂ©gatives oĂč s’exprime le regret de sa perte. Cioran ne se remet pas d’ avoir perdu l’acces Ă  l’absolu et d’avoir dĂ» renoncer Ă  Dieu faute de foi. TI prefere des injures contre un Dieu definitivement absent, “fonction de notre desespoir”, car “les injures elles mĂȘmes sont plus proches de lui que la thĂ©ologie” (LS 127)… [Pdf]

JAUDEAU, Sylvie. Cioran ou le dernier homme. Paris : José Corti, 1990, p. 92-117.

 

“Cioran ou la maladie de l’éternitĂ©” (Pierre Nepveu)

Pierre Nepveu “Cioran ou la maladie de l’éternitĂ© .” Études françaises 371 (2001), “La construction de l’éternitĂ©”: 11–21. DOI : 10.7202/008838ar [Pdf]

« ÉternitĂ©: je me demande comment, sans en perdre la raison, j’ai pu articuler tant de fois ce mot. » Un homme revenu de tout, qui a presque atteint l’ñge de 70 ans, se retourne Ă©tonnĂ© sur son passĂ© et constate le pouvoir extrĂȘme qu’a eu sur lui un terme Ă  la fois simple et grandiose, un concept fait pour les religieux, les saints, les mystiques, une notion sans contours qui, comme d’autres qui fraternisent avec elle, absolu, infini, immortalitĂ©, paraĂźt propice aux pensĂ©es vagues et exaltĂ©es, aux fuites vers le pur silence de la contemplation. ÉternitĂ©: pas mĂȘme une phrase mais simplement un mot, une pure exclamation, comme dans la bouche enfantine de sainte ThĂ©rĂšse d’Avila qui « Ă  six ans lisait des vies de martyrs en criant : “ÉternitĂ© ! Ă©ternitĂ© !” » (O, 289).

InsĂ©parable d’une profonde imprĂ©gnation dans la souffrance et d’une imminence de la dĂ©raison, la notion d’éternitĂ© paraĂźt ainsi liĂ©e chez Cioran Ă  une Ă©preuve des mots, plus prĂ©cisĂ©ment Ă  une expĂ©rience limite de la langue, lĂ  oĂč celle-ci atteint une sorte de paroxysme de la prĂ©caritĂ©, lĂ  oĂč, par trop d’intensitĂ©, elle risque de sombrer dans le nonsens. La forme de l’aphorisme, expression privilĂ©giĂ©e du « classicisme »
de Cioran et de son moralisme pervers, aura toujours Ă©tĂ© insĂ©parable chez lui de cette expĂ©rience panique de la langue : « Ne cultivent l’aphorisme que ceux qui ont connu la peur au milieu des mots, cette peur de crouler avec tous les mots» (O, 747). MalgrĂ© la tournure impersonnelle, on peut ĂȘtre sĂ»r que l’homme qui Ă©nonce cette pensĂ©e a vĂ©cu le plus intensĂ©ment possible cette peur, la proximitĂ© effrayante d’une catastrophe sĂ©mantique, d’une gigantesque et fatale dĂ©route du langage… [+]

Livre: “Un Cioran inĂ©dit. Pourquoi intrigue-t-il ?” (Mara Magda Maftei)

74886Fauves éditions, 2016, 318 p. EAN 9791030200331. 25,00 EUR

Sur Fabula.Org

PrĂ©sentation de l’Ă©diteur :

On dit que la jeunesse nous marque pour toujours, que le passĂ© ne s’oublie jamais. Qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’un Ă©crivain controversĂ©, avec une double culture, franco-roumaine, et surtout nĂ© dans un contexte historique agité ?

S’appuyant sur des textes roumains non publiĂ©s en français et une analyse rigoureuse de son Ɠuvre, Mara Magda Maftei s’attache en premier lieu Ă  l’image de Cioran, l’accueil de ses livres par sa gĂ©nĂ©ration, ses commentaires sur ses propres Ă©crits, la rĂ©ception critique de son Ɠuvre en Roumanie avant 1989, ainsi que la distance qu’il prit avec le « lĂ©gionarisme » et les attaques qu’il subit en Occident de la part de ses anciens idolĂątres. Mais Cioran se dĂ©tache comme Ă©tant l’écrivain qui dĂ©ploie toutes ses forces dans une philosophie politique, une philosophie expĂ©rimentale et une philosophie religieuse. Dimension politique, mysticisme, expĂ©rience personnelle, mort, suicide, absurde, solitude, Ă©chec – autant d’axes de rĂ©flexion que Mara Magda Maftei aborde dans un second temps, avant d’éclaircir la relation de Cioran avec Dieu. Car au-delĂ  du simple constat de son athĂ©isme, d’oĂč provient son absence de croyance, lui nĂ© dans une famille trĂšs religieuse, qui se complaĂźt dans une souffrance lĂ©gitime, dĂ©terminĂ©e par le contexte historique, mais aussi une souffrance intĂ©rieure, maladive, organique ? [+]